Supporter des Girondins de Bordeaux 02 : site officiel du club de foot de MONTESCOURT LIZEROL - footeo

Ligue 1 défaite à domicile 1-0 contre NICE

29 octobre 2018 - 10:55

Pour le compte de la 11e journée de championnat de Ligue 1, Bordeaux s'incline sur le plus petit des scores contre le Nice de Patrick Vieira. Surpris peu après le retour des vestiaires, les Marine et Blanc ont poussé, mais en vain. 

Benoît Costil : Le capitaine bordelais est alerté dans le même type d’action que contre Montpellier. Le ballon est dégagé en l’air par Pablo, mais cette fois-ci, Costil montre un peu plus d’autorité pour boxer non sans mal. À la 17e minute, il va réaliser une très belle parade réflexe du pied face à Barbosa pour protéger son but. Sur le but niçois, le gardien des Marine et Blanc ne peut rien faire face à Wilfried Cyprien qui l’ajuste parfaitement.

Sergi Palencia :  L’international espoir espagnol retrouve une place de titulaire, mais connaît toujours certaines difficultés à centrer. À tel point que c’est Kalu qui tente plus sa chance à cet exercice. Du fait du but du GYM, on sent le latéral droit plus offensif, mais il ne trouvera pas la réussite attendue par tout un stade.

Jules Koundé : S’il se montre très discret pendant le premier quart d’heure il va sauver la cage de Benoît Costil. Pablo se fait mystifier par Saint-Maximin et décale Barbosa. Koundé fait corps et bloque le cuir. Hormis, l’action en une touche niçoise qui amène le but, on a senti le jeune défenseur bordelais à son aise durant cette partie. Il vient d’ailleurs Kpene avec l’aide de Pablo pour stopper la frappe.

Pablo : fort de ses bons matches de ses derniers et de sa convocation une nouvelle fois avec le Brésil, Pablo donne des consignes à son milieu tout en serrant de très près Mario Balotelli. Dans ses interventions dans le 1 contre 1, l’international auriverde se montre très autoritaire. Sur le bon décalage d’Alain Saint-Maximin, toute la défense est prise à revers et Cyprien qui se retrouve seul face à Benoît Costil n’a plus qu’à ajuster en le prenant à contre-pied. Le Brésilien va sauver les siens à la 61e minute sur un super tacle sur Balotelli où il ne fait pas faute.  Il est l’un des seuls bordelais à surnager.

Maxime Poundjé : Lors de la première mi-temps, le latéral gauche formé au club monte beaucoup pour créer le surnombre et pour libérer plus d’espaces à François Kamano. Toutefois, il crée le déséquilibre sur le plan défensif et permet à Burner de mieux perforer. Il tente de faire de même en deuxième mi-temps, mais sans trop de réussite.

Lukas Lerager : Après avoir soufflé en Europa League, on sent l’international danois un peu absent et il faut attendre la 37e minute pour le voir tenter une frappe lointaine qui passe à côté des cages de Walter Benitez. Bordeaux n’était pas loin de revenir au score par Lerager, mais sa frappe heurte la barre de Benitez qui semblait bien être battu. Une partie vraiment en demi-teinte une fois de plus pour Lerager.

Otavio : Le milieu défensif des Girondins de Bordeaux ne récupère pas autant de ballons qu’à son habitude. Il connaît également des difficultés pour organiser le jeu du fait d’un entrejeu niçois pour le moins dense. Il sera remplacé à la 74e minute par Jaroslav Plasil pour essaye d’accélérer encore plus le jeu. On aura que trop peu vu le milieu de terrain tchèque.

Younousse Sankharé : Dans le milieu à trois, Sankharé est le premier à partir au pressing pour donner un peu plus de soutien au travail défensif des attaquants. Mais il reçoit un avertissement dès la 28e minute et commet encore quelques fautes qui pourraient lui valoir de recevoir un nouvel avertissement. Au retour des vestiaires, le milieu relayeur se montre un peu imprécis dans ses passes à tel point qu’il offre un ballon à Balotelli, mais l’Italien est très bien repris par Pablo. Il sera remplacé par Yann Karamoh pour donner un peu plus d’allant offensif à une formation bordelaise qui est jusque là inoffensive. Le joueur prêté par l’Inter est sollicité dans la surface, mais bute lui aussi sur un Walter Benitez qui sort pour s’opposer à la frappe. Il s’éteint petit à petit au fil du temps qui s’égraine au chronomètre.

Samuel Kalu : À l’image de la partie contre le Zenith, Samuel Kalu intensifie ses efforts dans son couloir pour mieux changer d’aile pour solliciter François Kamano. Dans le deuxième acte, le Nigérian se montre un peu plus axial. Il tente à quelques reprises sa chance à l’extérieur de la surface en enveloppant son ballon en vain.

Jimmy Briand : De son côté, Briand connaît des difficultés à exister notamment dans les airs où Dante semble se régaler avec une quasi totale réussite dans les duels aériens. Après le but niçois, il refait surface petit à petit en ayant deux faces à faces intéressants mais il ne parvient pas à trouver le cadre. Il sera remplacé à l’heure de jeu par Andreas Cornelius. On voit notamment un système plus offensif avec une sorte de 4-4-2 pouvant vite se transformer en 4-2-4 lors des contres bordelais. Sur une nouvelle vague offensive bordelaise, Kalu parvient à trouver le géant danois qui contrôle et qui reprend de manière acrobatique. Il rate un peu son geste ce qui permet à Benitez de capter le ballon. Il aura pesé davantage sur la défense niçoise que ne l’avait fait Briand. Dans le temps additionnel, il est trouvé sur un corner tiré par Karamoh, mais Benitez se détend pour empêcher le ballon de rentrer.

François Kamano : S’il est souvent trouvé dans les renversements de jeu effectués par Kalu, l’international guinéen semble se précipiter dans la prise de ses décisions. Par conséquent, ses frappes sont régulièrement contrées par l’arrière-garde niçoise pendant les vingt premières minutes. En seconde période, on le sent plus déterminé à être le sauveur en vain. Sur une belle passe, il essaie de piquer son ballon, mais Benitez et Dante font bloc. Une partie également en demi-teinte pour l’international guinéen.

Ricardo : Le technicien brésilien avait aligné l'équipe attendue en choisissant la sécurité avec les présences dans le 11 de Lerager et Sankharé au milieu du terrain. Il a attendu d'être mené au score pour faire des changements offensifs avec les entrées de Cornelius et Karamoh. Cela a failli être payant, car ses joueurs ont poussé de manière désordonnée et ont touché la barre. Au final, le jeu trop stéréotypé de son équipe n'a pas surpris l'OGC Nice.

Détails du match :

Les compositions d'équipes :

Girondins de Bordeaux (4-3-3) : Costil (C) - Palencia , Koundé, Pablo, Poundjé - Lerager, Otavio, Sankharé - Kalu, Briand, Kamano

OGC Nice (3-5-2) :  Benitez - Jallet, Dante, Sarr - Burner, Cyprien, Tameze, Barbosa, Coly - Alain Saint-Maximin, Balotelli

Buts : 

Cartons jaunes : Younousse Sankharé, Andreas Cornelius (Girondins de Bordeaux),  Mario Balotelli, Dante, Benitez (OGC Nice)

Carton rouge : Néant

Changements : Andreas Cornelius remplace Jimmy Briand,  Yann Karamoh remplace Younousse Sankharé, Jaroslav Plasil remplace Otavio (Girondins de Bordeaux), Walter remplace Barbosa, Ganago remplace Saint-Maximin, Boscagli remplace Balotelli (OGC Nice)

 

Statistiques de la rencontre :

Possession : 50% de possession de balle pour les Girondins de Bordeaux contre 50% pour l’OGC Nice.

Nombre de tirs : 14 tirs pour les Girondins de Bordeaux contre 12 tirs pour l’OGC Nice.

Corners : 2 corners pour les Girondins de Bordeaux pour 1 du côté de l’OGC Nice.

Précision de passes : 79% de passes réussies (292/369) pour les Girondins de Bordeaux contre 83% (316/382) de passes réussies pour l’OGC Nice.

Affluence du Matmut Atlantique : 20 730 spectateurs

Commentaires

1 Paris St G 47 17 15 2
2 Lille 34 19 10 4
3 Lyon 32 18 9 5
4 Montpellier 30 17 8 6
5 St Etienne 30 18 8 6
6 Marseille 27 17 8 3
7 Strasbourg 26 19 6 8
8 Rennes 26 18 7 5
9 Reims 26 19 6 8
10 Nice 26 18 7 5
11 Nimes 23 18 6 5
12 Bordeaux 21 16 5 6
13 Toulouse 21 18 5 6
14 Nantes 20 17 5 5
15 Angers 19 17 4 7
16 Caen 18 19 3 9
17 Amiens 16 17 5 1
18 Dijon 16 18 4 4
19 Monaco 13 18 3 4
20 Guingamp 11 18 2 5